Loading...

CALOPORTEUR

Concours Luminothérapie – Proposition


INFORMATIONS PROJET

*PROJET RÉALISÉ AVANT LA FONDATION DE PARA-SOL

ANNÉE: 2013
RÉALISÉ PAR: DAVID GIRALDEAU, ALEXANDRE GUILBEAULT

LOCALISATION: MONTRÉAL, QC, CAN
SUPERFICIE: 75 000 PI2
MANDAT: CONCEPTION / APPEL DE PROPOSITION
ANNÉE: 2013

Le caloporteur est une proposition dont le concept initial s’appuie sur les propriétés des éléments radiants que l’on retrouve dans certains appareils électriques de notre quotidien. Leur intensité lumineuse, leur caractère oscillant, leur coloration orangée ainsi que leur tracé sinueux sont des caractéristiques qui leur sont propres et qui deviennent très évocatrices dans un contexte de luminothérapie. Dans cette optique, le projet cherche à réinterpréter ces qualités à une échelle urbaine. Pour ce faire, un long serpentin lumineux est déployé sur l’ensemble du site. Les modulations flexibles du tube rendent possible une couverture uniforme de la Place des Festivals ainsi que de l’Esplanade de la Place-des-Arts. Le nouvel objet muséal, déposé au coeur du Quartier des Spectacles, modifie soudainement la perception du lieu de par la manière qu’il découpe l’étendue des espaces. Les déplacements des passants s’en voient affectés, l’oeuvre capte leur attention et leur offre une nouvelle expérience de déambulation.

L’interactivité proposée tire profit de la linéarité de l’installation, le long de laquelle s’enchaînent des émissions de lumière à intensités variables. Grâce à une série de capteurs de mouvement, l’oeuvre s’illumine localement selon les déplacements des visiteurs à proximité. À ce dispositif de détection s’additionne un système de mémoire interactive permettant à une portion du serpentin de rester allumé pendant un laps de temps déterminé. Cette qualité, qui exploite le potentiel de l’interactivité à un niveau plus global, est mise en relation avec un second paramètre contextuel; la température ambiante. Ainsi, selon les fluctuations du thermomètre, la vitesse d’estompement de la lumière varie. Par grand froid, le flux du caloporteur semble contracté, invitant les visiteurs à s’activer davantage à ses côtés pour générer des effets lumineux notables. En période plus chaude, la réaction se produit avec plus de fluidité et moins d’efforts sont nécessaires pour le voir s’illuminer.

Ce mode interactif d’illumination est complété par un mode veille afin d’assurer un constant dynamisme sur les sites. En effet, après une courte période d’inactivité autour de l’oeuvre, des motifs aléatoires pré-programmés se dessinent tout au long du conduit. Pouvant être contemplés à distance, ces derniers s’estompent automatiquement à la venue d’un nouveau visiteur. Dès lors, le caloporteur retrouve ses qualités interactives.

Au final, les façons dont s’anime le serpentin se renouvellent sans cesse, suscitant constamment la curiosité du public. L’expérience participative, reconditionnée au gré du climat, assure la qualité du dialogue entre l’oeuvre et les visiteurs. Le caloporteur, au comportement fascinant, transforme ainsi l’aire qu’il traverse en un véritable lieu de rencontres et d’expérimentations.